Tag Archives: critique

Only lovers left alive, les vampires à la sauce Jarmusch

Only lovers left alive, c’est le film de vampire version Jim Jarmusch. Autant vous dire qu’on est loin de Twilight. Ici le vampire est beaucoup plus rock and roll, mélancolique et poétique. Le tout sur un fond de luth et de guitare électrique.

Lovers-3
Adam et Eve sont un couple de vampires qui s’aiment depuis des centaines d’années. Ils vivent en marge du monde moderne, menant une existence entre poésie et rock’n'roll. Seuls les êtres qui s’aiment resteraient vivants, voila la thématique de cette histoire d’amour vieille de plusieurs siècles. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

Monuments men, monumental gachis

Suffit-il d’accumuler les stars pour faire un bon film ? Certains y arrivent pourtant comme dans l’exquis Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, véritable gâteau à la crème viennois, sucré et délectable. D’autres s’en sortent beaucoup moins bien, c’est le cas de Monuments Men, le dernier film de George Clooney.

L’histoire (vraie) de Monuments men est à la base plutôt intéressante. En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d’art – se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Le pitch donne plutôt envie.

monuments men

Mais c’est tout de même absurde qu’un film qui traite de l’amour que porte un groupe d’individu à l’art, se moque autant de l’art cinématographique en se contentant d’aligner une brochette d’acteurs bankable et de s’en contenter. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tonnerre, une love story contrariée en pays bourguignon

Coup de tonnerre à Tonnerre (rires). Belle idée de cinéma que de réunir dans le même film Vincent Macaigne,  icone montante de la nouvelle vague cinématographique branchée et Bernard Menez, idole 80′s has been de retour dans des films sérieux. Cette rencontre improbable attirera le chaland curieux, qui aura bien raison de s’arreter là pour se faire une toile avec le nouveau film de Guillaume Brac: Tonnerre.

tonnerre-1

Dans la petite ville de Tonnerre, en Bourgogne, Maxime, musicien, est revenu vivre quelques temps chez son père, pour travailler son prochain album. Il tombe fou amoureux de Mélodie, une jeune journaliste venue l’interviewer. Une jolie histoire d’amour commence jusqu’à ce que la jeune fille disparaisse.  La disparition inexpliquée de Mélodie déclenche chez Maxime un état second et la passion cède place à l’obsession. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jacky au royaume des filles, ou Cendrillon chez les Ceaucescu

Et si Cendrillon était un garçon? Et si le prince charmant était une belle colonelle d’un pays imaginaire où l’on adore les poneys? et si c’était les femmes qui étaient au pouvoir et les hommes, soumis, à la maison?  Voilà toute l’intrigue du nouveau film de Riad Sattouf, Jacky au royaume des filles.

jjacky au royaume des filles

Alors que son dernier film Les beaux gosses m’avait déjà fait mourir de rire, ce conte étrange transposé dans un monde où les genres sont inversés sort vraiment du commun. Alors qu’au cinéma, on a souvent l’impression de voir les mêmes films, pour le coup, je ne me souviens pas d’avoir déjà vu une histoire pareille: absurde, originale et tellement drôle. Quel film étonnant que Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 automnes 3 hivers, un drôle de film

Première séance ciné de l’année avec un petit film français sorti le jour de Noël : 2 automnes 3 hivers. C’est un vrai cadeau que nous fait son réalisateur Sébastien Betbeder car son film est un petit bijou de tendresse et de drôlerie. Un vrai bon moment de cinéma.

2 automnes, 3 hivers

2 Automnes 3 hivers, c’est l’histoire d’Arman et d’Amélie, de leur rencontre et de leur séparation (ou pas). C’est un film littéraire et chapitré, où les personnages commentent les scènes et s’adressent directement au spectateur. C’est une histoire d’aujourd’hui, charmante et émouvante. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

100% polyester ou l’homéostasie cinématographique

Parmi les adeptes des salles obscures, il y a plusieurs catégories de spectateurs. Parmi eux, certains épluchent Télérama, les Inrocks, le Monde, l’Humanité ou La Croix pour ne pas perdre deux heures devant un film assassiné par les critiques auxquels ils font confiance. D’autres sont seulement sensibles au nom du réalisateur, de l’acteur principal ou même simplement l’esthétique girly lollipop , bourgeoise parisienne ou blockbuster boum boum américaine de l’affiche. Et c’est parfois une erreur…

100% cachemire

En effet, les sorties en salles des dernières semaines étaient particulièrement agréables et nous avons ainsi pu nous laisser bercer par la volupté burlesque de la fourrure d’Emmanuelle Seigner, assister aux tribulations de la Pierre Richard de l’espace dans Gravity, pleurer de bonheur devant l’adolescence impériale de Guillaume Galienne ou encore voir Martine se saisir à nouveau avec gourmandise des attributs de Xavier vingt ans après leurs premiers ébats.

Nos sorties cinéma étaient si enthousiasmantes que le taux d’endorphines de notre organisme avait atteint des sommets. Mais comme le veut la physiologie, il a bien fallu que ce niveau baisse, avec l’aide zélée de deux sorties du 11 Décembre 2013 : 100% cachemire et Je fais le mort. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

The immigrant : les malheurs d’Ewa

Sortie cinéma de la semaine. Autant la semaine dernière, j’avais ri avec Guillaume Gallienne et son excellent « Les garçons et Guillaume à table », que je vous conseille vivement, autant cette semaine, j’ai choisi un film grave. Fini de rigoler, on passe au drame et à la tragédie avec The immigrant de James Gray.

Immigrant1

James Gray est un réalisateur américain célèbre pour être détesté dans son pays et adoré en France. Un peu comme Woody Allen, il n’arrive pas à trouver son public aux Etats-Unis mais séduit dans la vieille Europe. C’est déjà ça. Je suis assez sensible à ses films, que je vais toujours voir au ciné à leur sortie pour prendre ma dose de tragédie et de mélo sombre et grave. La présence de Joaquin Phoenix dans tout ces films ne gachent rien bien sûr car il est pour moi, l’un des meilleurs acteurs actuels.

J’ai eu du mal à trouver des copains de ciné pour m’accompagner car la présence de Marion Cotillard dans le film en agaçait déjà plus d’un(e). C’est pas ça qui va m’arrêter, il m’en faudra plus pour louper un James Gray. C’est parti pour The immigrant. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

22/11/63 de Stephen King : et si JFK n’était pas mort en 63 ?

Ouf, je viens tout juste de finir la lecture de 22/11/63 de Stephen King.  Ca n’a l’air de rien comme ça, mais c’est un pavé, 934 pages! Heureusement, sur ma liseuse, ça pèse moins lourd, et j’ai pu l’emmener avec moi un peu partout car c’est le genre de roman qu’on ne peut plus lacher dès qu’on a commencé à le lire.

22/11/63 de stephen king

Si vous cherchez une lecture pour les vacances, je vous conseille vraiment 22/11/63. Ce titre enigmatique correspond en fait à la date de l’assassinat de John Fitzerald Kennedy à Dallas car cet événement est au centre de cette histoire passionnante. Et si Kennedy n’avait pas été asssassiné en 63? Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

Frances Ha

Attirée par les très belles affiches représentant la photographie d’une femme dansant, je suis allée voir le film Frances Ha un peu par hasard. Je ne connaissais pas vraiment l’histoire, je n’avais pas entendu parler du film, juste cette affiche en noir & blanc qui m’interpellait à chaque passage. Grand bien m’en a pris, je n’ai pas été déçue. C’est un très beau film que j’ai découvert là.

Frances Ha, c’est l’histoire d’une fille qui court dans New York. Elle a 27 ans, mais on dirait une gamine gambadant avec son cartable sur le dos après l’école. Frances, elle, court après le rêve de devenir chorégraphe, de danser, de vivre toute sa vie en coloc comme une étudiante avec sa meilleure amie fusionnelle. Elle n’a pas tellement envie de vieillir, de grandir. La famille, les enfants, très peu pour elle. Ce qu’elle veut, c’est danser et s’amuser. Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !

Stoker (critique du film avec des images qui bougent dedans)

Stoker est le dernier film du réalisateur coréen Park Chan-wook (Old Boy) avec la très prometteuse jeune actrice Mia Wasikowska, déjà vue dans le Alice de Tim Burton et la très figée Nicole Kidman, dont le visage de cire fait tout de même un peu froid dans le dos. Selectionné au festival de Sundance, le film est présenté comme un OVNI  qui oscille entre thriller, fantastique et drame. Le titre, Stoker, qui est le nom de la famille à laquelle s’intéresse le film, est aussi une référence directe à Bram Stoker, l’écrivain à qui l’on doit le roman Dracula. Déjà, cet ouvrage traitait de l’influence et de l’emprise d’un homme sur des gens plus faibles, ce qui constitue l’un des sujets principaux du film.

Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l’existence, venir s’installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l’homme d’avoir d’autres motivations que celle de les aider. La méfiance s’installe, mais l’attirance aussi… Read more

Rendez-vous sur Hellocoton !
« Older Entries