Culture, Littérature & théatre

Vanity (peut mieux) Fair

Vous avez surement du entendre parler ce mois-ci de l’arrivée en France du célèbre magazine américain Vanity fair. Dans la version frenchy, c’est Michel Denisot qui s’y colle en rédacteur en chef. Le pari est osé. Vanity fair, c’est quand même une sacrée instiution outre atlantique, il va falloir faire aussi bien, Mimi. Un magazine luxieux et glamour.

Alléchée par tout ce qui est nouveau et déjà culte avant d’être sorti, je me suis abonnée il y a quelques mois à ce nouveau magazine et j’ai attendu avec impatience le premier numéro.

En tant qu’abonnée, j’ai reçu un premier numéro collector avec mon nom dessus. Bon j’avoue, c’est classe.Je me vois déjà le montrer à mes petits enfants dans 50 ans la larme à l’oeil. Il m’en faut peu, c’est vrai.

 

Vanity fair, le magazine glamour à l’américaine

Vanity fair se veut un magazine culturel chic: enquêtes exclusives, portraits de personnalités remarquables… C’est le mariage du glamour et de l’investigation.

Voilà, je viens de finir la lecture du numéro 1 et j’avoue que je suis assez mitigée-cochon d’inde . J’ai beaucoup apprécié certains articles, assez passionnants et très bien écrits : l’article sur l’éducation française menant à la dépression, celui sur Columbine… On sent qu’il y a un réel travail de journalisme de fond, d’investigation et tout cela est fort bien écrit. Mimi, y’a pas à dire, tu sais t’entourer de journalistes compétents.

Je n’ai pas de Louboutin, je peux quand même lire Vanity Fair?

Mais malheureusement, beaucoup d’autres articles ne m’ont pas interpellés du tout. En fait, j’ai souvent eu l’impression que ce magazine ne m’était pas vraiment destiné. Les articles sur les joailliers, sur les villas, sur la famille Bettencourt et sa demeure à Neuilly n’ont finalement assez vite lassée.

Alors oui, c’est chic, mais c’est vraiment très éloigné du commun des Français. J’attendais du chic mais sans cette étalage de richesse et de luxe. C’est la richesse culturelle qui m’intéresse, pas les sacs Chanel et les toiles de maîtres que je ne m’offrirai jamais. Ce milieu là ne me fait pas forcement rêver. Michel, faut redescendre sur terre, je sais qu’en période de crise, on a envie de s’évader mais c’est pas c’est too much.

Stop la pub

Enfin la tonne de pub m’a vraiment gênée, aussi belle soit elle. J’ai passé plus de temps à feuilleter un catalogue plutôt qu’à lire un magazine. Michel, faut vraiment faire quelque chose, Stop! Tes lecteurs ne sont pas que des portes monnaies!

 

Le + :

– La qualité des articles, avec du fond et un vrai travail d’investigation

– La qualité de l’objet: papier, photos etc..

 

Le – :

– La pub, la pub, la pub… Le premier article commence à la page 46…

– Certains thèmes d’articles qui sont destinés à une certaine catégorie de CSP++ dans laquelle je ne me reconnais pas.

 

Rendez vous le mois prochain Michel !

Previous Post Next Post

3 Comments

  • Reply Helena 5 juillet 2013 at 12:27

    Bonjour,
    C est vrai que parfois on est decues du contenu de certains magazines…pour ma part j aime trouver un peu de tout:beaute, mode ,recettes, conseils,tendances…alors trop de pub ou trop de produits innaccesibles, c est frustrant.
    Bisous!

  • Reply CLC 5 juillet 2013 at 17:39

    Je n’ai pas lu le magazine dont le contenu n’est, disons le, pas très orienté envers la gente masculine mais par contre j’aime beaucoup le titre de votre article !

  • Reply la Nixe 6 juillet 2013 at 17:52

    Ah ba c’est marrant, ce magazine il est chez moi (retour de gare de ma coloc’) j’avais pas percuté que c’était le first. Je vais pouvoir test sans dépensé de sous.
    Pour tes critiques c’est ce que je pense aussi de Vogue Paris, sans la qualité des articles.
    La fautes aux sponsors ?

    Bref la mode, c’est pas pour les riches… Mais il y a peu de mag sur la mode créative… Gardons espoir

  • Leave a Reply

    Shares