Culture, Littérature & théatre

Pétronille – Champagne pour le dernier Nothomb ?

Pas de rentrée littéraire sans un nouveau roman d’Amélie Nothomb. On est habitué maintenant depuis des années qu’on la suit. Amélie, c’est comme une cousine rigolote qu’on reçoit tous les ans pour quelques jours en septembre. Aussitôt arrivée, on passe un bon moment, léger et bref, avant de la voir repartir jusqu’à l’année prochaine.

nothombchampagne

Pour 2014, c’est avec Petronille que Nothomb vient nous rendre visite. On sait que l’auteur affectionne les prénoms étranges puisqu’on avait déjà rencontré à travers ses livres des Plectrude, Astrolabe ou autre Epithaphe. Cette année ne déroge donc pas à la règle. Dans ce roman, Nothomb nous raconte l’histoire d’une amoureuse du champagne qui refuse de le boire seule et de sa rencontre avec Pétronille, sa compagne de beuverie.

Alors, il est comment le nouveau Nothomb?

Amélie, notre vieille copine barrée

On ne présente plus Amélie Nothomb, écrivaine belge loufoque, qui a su nous charmer avec des romans autobiographiques contant son expérience au Japon, pays dans lequel elle a grandit, avant d’y revenir travailler plus tard. Cette expérience décrite dans Stupeurs et tremblements en fait un roman remarquable et remarqué. Amélie Nothomb, fille de diplomate, n’est pas n’importe qui. Elle sait écrire et nous faire rire.

Ces premiers romans sont de véritables délices à lire. Nothomb n’est jamais aussi talentueuse que lorsqu’elle parle de sa vie. Ainsi, tous les livres qui racontent le Japon (ou la Chine où elle vécue aussi enfant) sont passionnants: Méthaphysiques des tubes, le sabotage amoureux, Stupeurs et tremblements…

nothomb2

Seulement, à force de sortir des livres tous les ans, forcement, on ne peut pas être au top chaque année. Ce qui fait, que depuis une dizaine d’années, la plupart de ses romans, quand on y pense, sont souvent assez moyens, mais entrecoupés parfois de très bons livres comme Biographie de la faim ou Ni d’Eve ni d’Adam, qui racontait son histoire d’amour avec un jeune Japonais. Donc chaque année, c’est la surprise. On y replonge, sans savoir si cela sera un bon ou un mauvais cru.

Et Pétronille dans tout ça?

Dans Petronille, Amélie Nothomb nous raconte sa rencontre avec une jeune fan d’une vingtaine d’année (l’écrivaine Stephanie Hochet, dans la vraie vie). Ce personnage mystérieux et androgyne vit dans une banlieue prolo avec des parents communistes et étudie le théâtre elisabethain à la fac. Elle ambitionne de devenir elle aussi écrivain. Une amitié avinée nait entre les deux femmes puisqu’Amélie fait de Pétronille sa compagne de beuverie. Forcément, le champagne ne se boit pas seul, il convient d’être bien accompagné.

livre

Disons le tout de suite, 2014 n’est sera pas une année mémorable pour l’oeuvre de Nothomb. Le livre, très court, comme d’habitude, ne marquera pas les esprits. Il est agréable à lire, comme toujours, mais assez paresseux. On a l’impression d’un livre écrit sur le mode automatique. On veut du Nothomb, on va vous en servir. Prenons une histoire un peu autobiographique, une fille au prénom ridicule, du champagne, quelques anecdoctes d’écrivain et voilà, emballé, c’est pesé ma bonne dame et à l’année prochaine.

Néanmoins, quelques passages m’ont amusé comme celui où Nothomb rencontre à Londres, pour une interview à un magazine féminin, une Viviane Westwood odieuse qui l’ordonne d’aller promener son caniche. J’ai souri aussi lorsqu’elle raconte sa semaine à la montagne, sure de savoir skier alors que sa dernière expérience de ce sport date de ses 4 ans, persuadée que le ski, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.

Voilà, Petronille, c’est ça: quelques passages rigolos qui font sourire mais rien de bien passionnant au final. On a comme d’habitude, un sentiment de facilité, que la chère Nothomb ne s’est pas beaucoup cassé la tête et que si elle creusait un peu plus, elle serait capable de vraiment nous surprendre.

Mais même si on est déçu de ce dernier opus, Amélie Nothomb est un personnage tout de même tellement sympathique, drôle et décalé que même si on n’a pas aimé son dernier livre, on replongera l’année prochaine, pour sur. Elle est tellement sympa cette cousine rigolote, qu’on a hate de la revoir quand même. Allez, à l’année prochaine Amélie!

 

Previous Post Next Post

13 Comments

  • Reply Laura 25 août 2014 at 09:29

    Merci pour cet avis. Trop déçue des derniers, je ne comptais pas le lire mais étais tout de même curieuse de savoir de quoi il parle 😉

  • Reply GAUTIER 25 août 2014 at 12:08

    Un peu ras le bol de la petite belge….j’ aimerais bien connaître votre impression sur de dernier né d ‘ Emmanuel Carrere, le Royaume. Merci.

    • Reply Yulia Baba 25 août 2014 at 12:54

      J’ai hate de lire le nouveau Carrere. J’attends sa parution avec impatience!

  • Reply Wisback 25 août 2014 at 14:10

    Effectivement, c’est un peu toujours la même chose … J’ai aussi bcp apprécié quelques uns de ces derniers romans mais la plupart ne sortent pas du lot. Mes préfères restent Hygiene de l’assassin et Cosmetique de l’ennemi. Et vois ?

    • Reply Yulia Baba 25 août 2014 at 14:18

      Mes préféres sont vraiment stupeurs et tremblements et méthaphysique des tubes.

  • Reply Rosenoisettes 25 août 2014 at 14:41

    Il est vrai que Mme Nothomb est une écrivaine qu’on ne présente pas, seulement elle n’éblouit que par ses autobiographies en général. Seuls quelques livres, fictions, sont brillamment écrits.
    Pétronille m’a l’air de sortir du lot, car celui de l’an dernier et celui de 2012 ne m’avaient pas spécifiquement emballés. On verra donc une fois le livre en mains !

  • Reply Alexandra 25 août 2014 at 17:55

    Merci pour ta chronique. Je pense que je le lirai quand même 😉 Mes favoris : « Métaphysique des tubes » et « Cosmétique de l’ennemi. » ++

  • Reply Yeude 25 août 2014 at 18:30

    Merci beaucoup pour cet avis. En général, j’aime bien les romans d’Amélie Nothomb, mais c’est vrai que certain de ses romans m’ont moins marquée que d’autres. J’ai particulièrement aimé Stupeurs et tremblements, Hygiene de l’assassin, Cosmétique de l’ennemi et Ni d’Eve ni d’Adam. Il n’y a que Biographie de la faim sur lequel je n’ai pas accroché du tout, je n’ai pas réussi à le finir alors que j’ai dévoré tous les autres (même les moins bons…), je l’avais gardé au cas où, vous me donnez envie de le relire, j’étais peut-être pas dans une bonne période après-tout !

  • Reply Le sac d Elo 25 août 2014 at 22:01

    Merci pour l’avis. Je suis une grande fan de Nothomb, je vais aussi lire celui-ci pour m’en faire un avis 🙂

  • Reply Max 25 août 2014 at 22:46

    Merci pour ton avis. Je viens juste de le commencer.

  • Reply nonette 26 août 2014 at 11:15

    merci pour cet avis, je le lirai quand même car Amélie, Madame Amélie, c’est comme les cerises, cela revient tous les ans, et meme si on en connait déjà la saveur, on ne résiste pas .

    • Reply Yulia Baba 26 août 2014 at 12:29

      Tres bien resumé!

  • Reply matchingpoints 30 août 2014 at 14:04

    Amateurs de champagne que nous sommes, le sujet peut nous séduire…

  • Leave a Reply

    Shares