Culture, Littérature & théatre

Les chroniques de Guy Delisle, des carnets de voyages en BD

Toujours addict à la médiathèque de Yulbagrad, je continue à dévorer les bandes dessinées et romans graphiques que je découvre chaque semaine avec delectation. Mon dernier coup de coeur : Guy Delisle.

Guy delisle est un dessinateur québecois. En 2000, après un voyage en Chine, il publie Shenzhen
, sa première bande dessinée. Entre carnet de voyage et chronique autobiographique, Guy Delisle observe la vie quotidienne avec une fausse naïveté et beaucoup d’humour. Après la Chine, il décrit son voyage en Corée du Nord en 2002 dans Pyong Yang (ma prochaine lecture!).

J’ai découvert cet auteur grace à deux de ses livres que j’ai dévoré: Chroniques birmanes
et Chroniques de Jérusalem.

Dans ces deux BD, le dessinateur quebecois se met en scène lui-même. En effet, dans la vraie vie, il a suivi sa femme en mission pour Médecins Sans Frontières avec toute sa petite famille en Birmanie puis en Israël.

Il profite de ces voyages pour dessiner le quotidien d’un expat’ dans ces pays et sa difficulté à s’adapter à ces nouveaux environnements et cultures. C’est à travers son oeil que l’on découvre ces pays en se delectant de ces anecdotes du quotidien rigolotes et instructives.

Chroniques birmanes

Habitués aux destinations exotiques, c’est cette fois ci en extreme orient que la famille Delisle pose ses valises pendant 14 mois. Madame prend son poste à MSF et Monsieur s’occupe du petit Louis.

A travers des petites tranches de vie, il nous raconte la vie quotidienne et nous fait découvrir la vie politique de la Bimanie.

Le style du dessin est simple, en ce qui concerne les personnes, presque caricaturés. Les decors et paysages sont magnifiques et donnent envie de voyager.

Bourré d’humour, on découvre la culture birmane (comme la fete de l’eau où tout le monde arrose ses voisins) mais le livre traite aussi de sujets plus profonds comme la solitude de l’auteur, la deprime suite à l’arrivée dans un nouvel endroit, la perte de repère mais  aussi la vie dans un pays avec un régime autoritaire.

Un roman graphique pour se distraire mais aussi pour apprendre et se cultiver!

 

Chroniques de Jérusalem

Quelques années plus tard, on repart en voyage mais cette fois-ci à Jérusalem.

Sur le même principes que les chroniques Birmanes, j’ai trouvé ce livre encore plus passionnant que le précédent. Il faut dire que le sujet est complexe et on comprend mal, vu de l’extérieur, ce que les tensions entre les différents mouvements religieux peuvent entrainer au quotidien.

Guy Delisle s’installe en famille à Jérusalem pour un an, en 2008. Partageant ses activités entre la préparation de son projet de bande dessinée et celles d’homme au foyer, il parcourt la ville et le pays en le croquant quotidiennement sur son carnet. Dans un pays fortement marqué par le conflit, il en montre la diversité et les contradictions.

L’auteur nous raconte ce qu’est de vivre à Jerusalem dans les années 2000: .Il a aussi tenu pendant son sejour un blog que je vous encourage vivement à aller visiter: Un canadien errant à Jerusalem

 

 

Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply

Shares