Cinéma, Culture

Le beau monde, un film social et sensible

Il y a des films dont on attendait rien de spécial mais qui arrivent par surprise à vous charmer et à vous donner le sourire. Le beau monde de Julie Lopes Curval est de ceux-la.

Après avoir passé, la semaine dernière, 3 longues heures plutôt difficiles et interminables dans la steppe turque de la palme d’or Winter sleep, j’avais cette fois ci juste envie de voir quelque chose de plus léger et de beaucoup moins austère.

beaumondeC’est l’affiche du film aux couleurs pastels et douces qui m’a tout de suite attirée. Je ne savais pas trop de quoi cela parlait, ni qui jouait dedans. je n’en avais d’ailleurs pas entendu parlé dans les média, mais je me suis laissée tentée. J’ai bien fait par ce film m’a complétement charmé.

Une histoire délicate de lutte des classes

Alice a 20 ans et vit à Bayeux, en Normandie. Issue d’un milieu ouvrier modeste, elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Passionnée et très créative, elle arrive à intégrer une école d’arts appliqués à Paris et laisse tout derrière elle pour aller vivre cette nouvelle vie.

Arrivée à Paris, elle rencontre Antoine, un jeune étudiant d’HEC qui aspire à devenir photographe. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l’extraient d’un milieu bourgeois qu’il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l’intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre et d’oublier d’où elle vient.

LBM-4
Julie Lopes-Curval traite dans ce film de la possibilité de la mobilité sociale à travers le prisme du couple que tout oppose, et également à travers celui de l’éclosion d’une jeune femme qui souhaite exercer le métier qui la passionne mais se heurte à des barrières sociales et à ses propres défauts.

Un film plein de douceur et d’émotions

Le personnage d’Alice, joué par Ana Girardot charme par sa douceur et sa beauté tranquille. C’est une héroine passionnée par son art et son histoire d’amour, mais pleine de doutes et de maladresses.

LBM-0127

Au niveau du scénario, rien de très original. C’est une histoire d’amour assez classique mais il y a une certaine douceur et une très bonne interpretation des acteurs qui fait que l’on rentre bien dans cette histoire. Tout est fin et délicat dans ce film, comme les fleurs que brode Alice dans son école d’art textile. Il se dégage une certaine fragilité de cette héroïne et de cette histoire d’amour, qui semble elle aussi ne tenir qu’à un fil.

L’univers du film est très féminin et délicat, jusque dans les métiers des personnages: brodeurs, stylistes, photographes, créateurs de parfums comme Harold, un ami d’Alice joué par l’acteur catalan Sergi lopez. Celui-ci vit dans une maison entourée de fleurs et créer des parfums subtils. On a presque l’impression de sentir les odeurs qui se dégagent de ces scènes.

LBM-6Le beau monde est une éducation sentimentale sur fond de différence sociale, dans un film sensible et juste. J’ai surtout aimé la finesse des relations entre les personnages, la douceur de l’héroïne, sa passion pour un art délicat et décalé et la beauté de l’image et des paysages. J’ai été complétement emportée dans cette jolie histoire d’amour !

affiche

Previous Post Next Post

7 Comments

  • Reply Corinne (Couleur Café) 21 août 2014 at 14:14

    Tentant !!

  • Reply auroreinparis 21 août 2014 at 22:07

    J’ai changé d’avis au dernier moment et j’ai opté pour « Draons 2″ quand je prévoyais de voir ce film. Je le mets toutefois dans ma liste car ta critique me donne envie, juste derrière  » Les combattants » !

    • Reply Yulia Baba 21 août 2014 at 22:43

      Les combattants a l’air top aussi. J’irai surement prochainement.

  • Reply GAUTIER 22 août 2014 at 16:26

    J’irai voir le film. Le Beau Monde, tellement vous le décrivez bien. Merci de vos commentaires.

  • Reply Adriana 22 août 2014 at 17:26

    Ce pull-over serait parfait pour un mariage à thème.

    • Reply Yulia Baba 22 août 2014 at 17:40

      Mais tu as raison, à la fois pastel et rétro! 🙂

  • Reply GAUTIER 25 septembre 2014 at 18:32

    Merci d’avoir fait ce commentaire sur ce film. Je suis allée le voir, faisant du patchwork, cela m’ à intéressée. La douceur et le justesse des sentiments m ‘ ont fait l ‘ aimer. Et je n’ habite pas tellement loin d’ Arromanches,et c’ est toujours un plaisir de voir la mer. Encore merci.

  • Leave a Reply

    Shares