Cinéma, Culture, Littérature & théatre

Aya de Yopougon, un dessin animé savoureux aux couleurs de l’Afrique

Les fans de bande dessinée connaissent déjà Aya de Yopougon, une jolie héroïne africaine qui vit à Abidjan, à la fin des années 70. Les auteurs de la BD, Marguerite Abouet (qui s’inspire de ses souvenirs personnels) et Clément Oubrerie lui ont déjà consacré une série de 7 tomes, drôles et colorés. L’adaptation en dessin animé produite par Joann Sfar est fidèle à cet esprit et à cet humour.

aya de yopougon

Avec la voix de l’actrice Aïssa Maïga dans le rôle titre, le film Aya de Yopougon est une chronique tendre mais pas idéalisée de la vie d’une jeune femme africaine. Les péripéties, attendrissantes et faussement légères, témoignent de la vie des femmes dans la Cote d’ivoire des années 70.

Aya, une héroïne exotique et attachante

Le film se déroule à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, à la fin des années 1970, et suit la vie sentimentale et familiale d’un groupe d’adolescentes. L’héroïne, Aya, est une jolie fille intelligente et sérieuse, qui contrairement à ses deux copines, rêve de faire des études et de devenir médecin. 

 

aya de yopougon

 

Tandis qu’Aya se consacre essentiellement à ses études, ses amies Adjoua et Bintou pensent surtout à sortir le soir pour draguer, dans l’espoir de sortir avec un garçon malgré la surveillance de leurs familles. Adjoua noue une relation avec un jeune homme, Moussa, le fils de Bonaventure Sissoko, l’un des hommes les plus riches du pays. Mais les choses se compliquent notablement lorsqu’elle se retrouve enceinte…

aya2

Farces et embrouilles à Abidjan

A partir du moment où Adjoua tombe enceinte, les ennuis commencent. Il faut trouver une solution pour éviter le scandale, prévenir les parents sans qu’ils ne se fachent trop, parler au père pour qu’il prenne ses responsabilités… Tout le monde s’en mêle, dans un grand méli-mélo d’embrouilles et de rebondissements. Aya, la narratrice est le témoin sage et goguenard des frasques de ses copines.

aya1

L’atmosphère est joyeuse et colorée, c’est une Afrique pleine de vie qui est dépeinte dans ce dessin animé. Les couleurs sont partout : les murs ocre, le ciel bleu, les tissus bigarrés des boubous…

Les personnages parlent l’argot africain, les filles vont « gazer » (draguer) mais craignent de se faire « enceinter » par un « génitos » (un coureur). Tout le monde s’engueule, tout le monde se ment, tout le monde s’embrouille. C’est un film aussi haut en couleurs dans les dialogues!

Aya de Yopougon, un dessin animé aux saveurs africaines

Une bonne idée dans le dessin animé est de glisser quelques vraies pubs d’époque, toujours très drôles et kitsch, où l’on apprend, par exemple, que la bière, c’est vraiment bon pour la santé.

Le graphisme simple et coloré est très loin des effets spéciaux et images préfabriquées numériques, que l’on a l’habitude de voir dans les blockbusters animés américains. Ici, on est plus dans l’esprit BD. Certains pourraient trouver cette animation trop simpliste, moi j’ai trouvé ça plus authentique, comme dans le chat du Rabbin de Joann Sfar. Pas besoin d’en faire des tonnes quand l’histoire est bien écrite.

Ce que j’ai aimé dans Aya de Yopougon, c’est que ce film est plein de vie et les personnages sont attachants et drôles. C’est ça qui est raconté dans Aya, une Afrique où la vie est douce et insouciante, sans les clichés de la guerre et de la famine. Une autre vision de l’Afrique, pleine de saveur et de charme.

affiche

 

Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply

Shares